Archive - 2010

décembre 27

Mobilité électrique : quelle stratégie gagnante pour la France ?

voiture-electrique-verte.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Le titre de cette chronique était celui de la passionnante conférence qu’organisaient cette semaine l’Observatoire de l’Innovation Automobile, l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise et Autoactu. De manière assez significative nous semble-t-il, la réponse à la question est restée en creux voire subliminale : mise à part l’intervention finale du Sénateur Nègre qui a davantage parlé de son expérience d’élu local que de la politique de la France en ce domaine et n’a pu qu’avouer que le Livre Vert dont il assure la rédaction ne pourra être publié que lorsque les arbitrages auront été rendus par l’Etat, il n’a pas été question d’une politique française en ce domaine.

Pour faire court, on a entendu d’abord les industriels (Renault, PSA et Michelin) s’exprimer sur le véhicule électrique, la place (et la forme) qu’il pouvait et devait prendre dans leurs politiques et sur les marchés. Puis, après que J.-P. Orfeuil ait brillamment procédé à une évaluation de ce que sont les questions de mobilité aujourd’hui en France et ailleurs, on a entendu les représentants de Veolia et de Orange. Chacun des représentants des cinq entreprises représentées a livré sa vision et a souhaité convaincre l’auditoire de l’avance qu’était en train de prendre leur groupe dans ce domaine. Chacun a indiqué qu’il ne pouvait ni prétendre avancer seul ni se passer du soutien des politiques publiques. lire la suite

décembre 13

Les constructeurs peuvent-ils devenir des prestataires crédibles de services de mobilité ?

auto_hero_930x300.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

L’Institute for Business Value d’IBM a publié en novembre un rapport qui engage les constructeurs automobiles à se placer au cœur de la recomposition des systèmes de mobilité et à réenvisager leurs métiers pour se présenter à l’avenir comme offreurs de solutions de mobilité plutôt que comme simples vendeurs de véhicules. Pour essayer de dire pourquoi et comment cette mutation doit se concrétiser dans les temps à venir, les analystes d’IBM ont interrogé 123 dirigeants répartis dans 18 pays et les ont amenés à se positionner par rapport à l’ensemble des questions que pose la construction d’un nouvel écosystème. Sont ainsi évoqués à la fois la redéfinition des véhicules et de leur place dans les chaînes de mobilité et l’ensemble des services qui peuvent être imaginés autour de la "connectivité" des véhicules avec leurs utilisateurs, les autres véhicules et les infrastructures. Mettant ainsi en forme un faisceau d’indices et de réflexions, le rapport est un puissant stimulant pour la réflexion en ce qu’il tente de donner, sur le papier, une cohérence à ce qui n’en a pour l’instant pas réellement en dessinant un paradigme alternatif. lire la suite

Trois scénarii de transition vers les nouvelles motorisations automobiles : entre diversité, progressivité et rupture

 Dans le cadre du programme de recherche portant sur « le développement durable de l’industrie automobile », le GERPISA a engagé une réflexion sur les potentielles transitions en cours au sein du secteur automobile. La récente crise économique ayant remis au cœur du débat la question de la soutenabilité économique (et écologique) du développement de cette industrie, les controverses sur les nouvelles motorisations et les modes de mobilité alternatifs se sont posées avec d’autant plus d’acuité que l’automobile se trouvait dans une phase financièrement critique. L’intervention massive des Etats et des collectivités territoriales dans le sauvetage de l’industrie a donc doublé la question de la soutenabilité politique de son développement futur. En filigrane, la question qui était posée était : est-ce que politiquement et économiquement, l’industrie automobile peut continuer dans la voie qu’elle a tracée depuis une vingtaine d’années ? lire la suite

plug-incar1.gif

décembre 6

L’industrie automobile : une affaire publique et démocratique

3008chainemontage1.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

S’est créée il y a environ un an une Association des Collectivités Sites de l’Industrie Automobile (ACSIA) qui entend être le "chaînon manquant" entre les industriels et les pouvoirs publics nationaux et permettre que les mutations de l’industrie ne soient pas subies mais anticipées par les territoires qui en dépendent économiquement. L’ACSIA organisait jeudi 2 décembre sur les terres du président de l’association, Pierre Moscovici, à Montbéliard des premières rencontres pour réfléchir à la fois sur les grandes évolutions de l’industrie et sur ce qui est entrepris par les collectivités pour y faire face. lire la suite

novembre 29th

Peut-on rester un constructeur national en France sans privilégier le Made in France ?

renault_turquie.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Le mois de novembre aura été marqué en France par les annonces de Renault sur Sandouville et celles sur les 3000 départs planifiés des plus de 58 ans qui pourront bénéficier des mesures dites de "pénibilité". Le même mois, on aura vu décider le fin du bonus GPL dont le dynamisme des ventes de Dacia Sandero et de Clio Renault dépendait assez largement en France. Même si le chantre du Made in France qu’était C. Estrosi a été une des victimes du remaniement, il est difficile de ne pas voir dans cette corrélation une forme de causalité politique : défendre les positions commerciales d’un constructeur français en perpétuant des mesures fiscales relativement couteuses et modérément défendables sur le plan environnemental alors qu’il dessine une stratégie industrielle d’après-crise peu favorable au site France n’apparaît pas comme un bon deal. Dans ce contexte, pour le gouvernement qui doit rendre l’arbitrage, les dommages électoraux de l’économie réalisée sont alors volontiers considérés comme nuls. lire la suite

novembre 26

Compte rendu de la 182e Journée du GERPISA: Le véhicule électrique dans le paysage des nouvelles mobilités et des usages de l'automobile

Emission / Séminaire / Colloque: 

182ème Journée du Gerpisa

Recomposer le système de mobilité dominé par le véhicule thermique personnel multifonctions
Présentation effectuée par OIivier Paul-Dubois-Taine, Ingénieur honoraire des Ponts Chaussées, Membre du Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France.

La présentation menée par Olivier Paul Dubois Taine s’inscrit dans le programme général du GERPISA intitulé « Développement durable et industrie automobile ». La question qui est posée par Oliver Paul-Dubois-Taine va bien au delà de la question du changement des motorisations ou du développement des voitures électriques : c’est un travail indispensable pour comprendre les enjeux sociaux qui se dessinent derrière les changements observables actuellement, à la fois dans la presse et dans l’attitude des constructeurs vis-à-vis des nouvelles motorisations.

 

 
Compte rendu réalisé par Axel Villareal
Doctorant au GERPISA
 

Introduction lire la suite

Renault aurait pu devenir le Honda de l'Europe

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le paysage industriel de la filière automobile aujourd'hui en France?

Les investissements corporels de l'industrie automobile en France n'ont cessé de baisser depuis 2002. Ce recul industriel s'est traduit par une réduction de 15,6% des effectifs. La balance commerciale, traditionnellement excédentaire, a commencé à l'être de moins en moins à partir de 2005, pour devenir déficitaire depuis 2008. Il y a très clairement un problème, même si les stratégies de Renault et de PSA, se distinguent quelque peu et malgré les injonctions «verbales» du gouvernement à ne pas délocaliser. PSA met manifestement moins en concurrence ses sites européens alors que Renault assume quasi-ouvertement sa recherche d'économies salariales. Il en a résulté des transferts de production vers des pays à bas coûts salariaux, notament vers la Slovénie et la Turquie, en attendant le Maroc. Certains équipementiers et sous-traitants, soumis à une forte pression sur les prix ont dû suivre le mouvement. lire la suite

610x.jpg

novembre 22

Nouveaux "business models" et nouveaux statuts des garagistes

garageecolo.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Tout indique que la soutenabilité de l’ancien "business model" qui permettait aux concessions de faire ce que requéraient les constructeurs pour distribuer leurs véhicules neufs en puisant dans les profits qu’assuraient pièces et entretien-réparation est et sera de plus en plus problématique. Dès lors, pour les constructeurs qui continuent d’avoir un besoin vital de la capillarité de leurs réseaux comme pour les investisseurs et professionnels qui jouent leur survie et leurs patrimoines, la quête d’alternatives praticables à l’avenir est lancée. lire la suite

novembre 18

Bernard Jullien interviewé par les Echos

Date: 
17/11/2010
Emission / Séminaire / Colloque: 
Les Echos de l'Eco

Bernard Jullien, économiste et directeur général du Gerpisa, répond aux questions de Marie-Sophie Carpentier à l'occasion de l'introduction en Bourse de General Motors.

novembre 15

La distribution peut-elle inciter les constructeurs à changer ?

dollar-green-car.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Nous défendions la semaine dernière que le mal dont souffrent l’automobile et sa distribution renvoyait assez largement à la prolifération des produits, à leur renouvellement accéléré et à l’alourdissement des coûts que tout cela a généré. Dans la mesure où cette forme prise par la dynamique concurrentielle n’est gérable qu’à condition de maîtriser sa distribution pour pouvoir l’inciter à vendre tous les produits que l’on conçoit à grands frais même quand ils ne trouvent pas "spontanément" leur cible, il est tentant de sauter le pas et de considérer qu’il n’y a de salut pour l’industrie qu’à condition que soit mis un terme aux pratiques de distribution sélective. lire la suite

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Stéphane Heim

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"