Compte rendu de la 182e Journée du GERPISA: Le véhicule électrique dans le paysage des nouvelles mobilités et des usages de l'automobile

Emission / Séminaire / Colloque: 

182ème Journée du Gerpisa

4 questions qui correspondent à 4 différents aspects :

-        L’aspect environnemental
-        L’aspect social
-        L’aspect territorial et d’utilisation de l’espace
-        L’aspect technologique et le développement des nouvelles mobilités.
 
A)    L’aspect environnemental
Cet aspect est celui qui est le plus souvent évoqué et l’un des plus connus. Un petit rappel des objectifs européens pour contextualiser les autres questions :
Ø Monde : préparation de l’étape post-Copenhague
Ø Europe : diminution de 20% à l’horizon 2020
Ø France : revenir en 2020 au niveau de 1990 (pour le transport) c'est-à-dire une baisse de 20%
Ø Horizon 2050 : le facteur 4
Près de 70% des émissions de CO2 du secteur des transports en France sont liées à la route :
 
 
Une augmentation d’un facteur trois du nombre de véhicules dans les pays émergents est à prévoir à moyen termes. La demande de pétrole sera augmentée d’autant :

Parmi les enjeux environnementaux, il est commun d’entendre et de voir la voiture pointée comme un vecteur important de la pollution atmosphérique. Cependant, comme le montre ce graphique fournit par l’ADEME, les transports collectifs le sont tout autant :
 


Un autobus avec 10 voyageurs produit en moyenne, du puits à la roue, 120 grammes de CO2 par voyageur au kilomètre. La voiture particulière, avec 1,2 voyageur à bord en produit environ 200g. Notons que l’écart n’est pas si important que l’on pourrait imaginer.
Mettre deux voyageurs au lieu de 1,2 dans une voiture n’est pas une opération très couteuse comparée à la multiplication des trajets de bus et des infrastructures de transports en commun. C’est un problème d’organisation sociale. Sur un bus de 80 places, il n’est pas rare que ceux-ci soient occupés par seulement 2 à 5 personnes par voyage. Cette situation, peut paraitre à contre courant des idées reçues mais si le système est maintenu en l’état, la situation environnementale ne changera pas. C’est donc un élément de réflexion à prendre en considération.
B)    
L’aspect social
Ces graphiques montrent la situation pétrolière mondiale :
 
arton5154-ae674
fig1-1
Tout défaut d’investissement pour l’exploitation de ces ressources pétrolière va créer un biseau entre l’offre et la demande mondiale : c’est une crise pétrolière. La crise économique de 2008 -2009 a tassé la demande et donc le prix. Mais la tendance va probablement reprendre à la hausse.
 
 
Cette évolution des prix pose un problème d’ordre social sur le budget des ménages :

 

La disponibilité des ressources des ménages pour investir dans les transports est de 15%, et l’automobile en représente 13%. Pour consommer, il faut se déplacer. Ce qui veut dire que le budget transport des ménages est incompressible en l’état et qu’une variation importante du prix du pétrole peut faire basculer le budget global des plus modestes.

La question du coût d’usage de l’automobile a donc vocation à devenir essentielle. Pour le moment, les ménages les plus modestes ont accès à l’automobile grâce au marché de l’occasion (cf : les travaux du GERPISA). Aujourd’hui, le prix du kilomètre parcouru est relativement bas par rapport aux situations antérieures. A euro constant, le prix du pétrole est resté stable, les voitures se sont améliorées et consomment mois de carburant, ce qui signifie qu’avec la même quantité de pétrole, un usager parcoure plus de kilomètres qu’il y a 20 ans. Cette situation, stable tant que le prix du pétrole n’augmente pas significativement, n’est pas durable. D’où la nécessité de réfléchir à des alternatives de mobilité.

C)    
L’aspect territorial
 
France métropolitaine (en milliers d’habitants)
Total en 2006
Variation entre 1999 et 2006
Pôles urbains
36 950
0,5% par an
Dont villes centres
17 035
0,3% par an
Dont banlieues
19 915
0,6% par an
Espaces périurbains
13 390
1,3% par an
Total dominante urbaine
50 340
0,7% par an
Espaces ruraux
11 060
0,7% par an
Total métropole
61 400
0,7% par an
 
L’étalement urbain ne va cesser de croitre et donc les mobilités périurbaines ne cesseront d’augmenter. Malgré les efforts fait par les maires pour redensifier les centres ville, l’offre de logement est toujours inférieure à la demande globale. La situation d’engorgement des axes périurbains n’est pas prête de régresser.
D)   
L’aspect technologique

Le développement de nouveaux modèles de véhicules moins émetteurs et consommateurs de pétrole vient répondre à ces nouvelles préoccupations. Pour ne pas nuire à la mobilité et répondre aux enjeux sociaux (prix), environnementaux (pollution et émissions) et territoriaux (distances et congestion), penser que l’électricité peut être l’un des principaux vecteurs d’energie dans les transports parait pertinent.

La voiture électrique et son développement comme standard de l’automobile pose une série de questions clés :
-        Elle permet une limitation relative des émissions de CO2, à condition que les technologies futures de production électrique aillent dans ce sens.
-        Le problème des la batterie est surmontable, à condition de trouver le bon modèle économique de localisation et de recharge.
-        Il faut réunir les investissements nécessaires à la création d’un réseau de recharge performant.
-        La couverture du marché doit répondre aux différents besoins : voiture de ville, de travail de livraisons, de longs trajets, etc
La voiture électrique ne remplacera pas la voiture multi-fonctions, mais seulement certains usages.

Arrive-t-on à une rupture emblématique, portée par les questions que nous avons évoquées, vers de nouveaux usages et de nouvelles mobilités ?

Nous pouvons tirer trois conclusions  auxquelles les nouvelles mobilités devront répondre :
-        Le « tout voiture » ou le « tout transports collectifs » ne peuvent conduire qu’à une impasse environnementale
-        Les territoires à faible densité seront beaucoup plus sensibles à la dépendance automobile
-        La question du coût d’accès et d’usage de l’automobile est devenue une question centrale.
 
 

GIS Gerpisa / gerpisa.org
61 avenue du Président Wilson - 94230 CACHAN
+33(0)1 47 40 59 50

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Powered by Drupal, an open source content management system
randomness