marché automobile européen

Et si Bruno Le Maire s’inspirait de Donald Trump…

In the port of Tanger Med, low-cost Renault await...

Autoactu publiait vendredi deux articles qui, involontairement, se renvoyaient l’un à l’autre.
 
L’un, signé de Laurent Bodin, traitait du sort de l’usine terminale PSA de Mulhouse qui a vu partir la production du nouveau 2008 vers l’Espagne en vertu de la doctrine bien connue désormais selon laquelle les sites français n’ont pas à assembler de véhicules des segments A et B, fussent-ils des SUV. 
L’autre, signé de Bertrand Rakoto, analysait le volet automobile du nouvel accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique et les contraintes qu’il impose aux constructeurs pour limiter la mise en concurrence entre les pays à hauts salaires et les pays à bas salaires et les délocalisations vers le Mexique. 
read more

What if Bruno Le Maire was inspired by Donald Trump...

In the port of Tanger Med, low-cost Renault await...

The weekly column by Bernard Jullien is also on www.autoactu.com.

Last Friday Autoactu released two articles that unintentionally referred to each other.
 
One, signed by Laurent Bodin, dealt with the fate of PSA's Mulhouse assembly plant, which saw the production of the new 2008 model leave for Spain under the now well-known doctrine that French sites should not assemble vehicles from segments A and B, even if they are SUVs.
The other, signed by Bertrand Rakoto, analysed the automobile component of the new free trade agreement between the United States, Canada and Mexico and the constraints it imposes on manufacturers to limit competition between high-wage and low-wage countries and relocation to Mexico.
read more

Accord Opel à Figueruelas : pendant la reprise, la mise en concurrence des sites et des pays continue

Pas d'orage en vue sur le site de Figueruelas

Les historiens du marché commun nous ont appris que les deux grands américains ont joué un rôle clé dans la construction d’une Europe de l’automobile qu’ils ont perçue très tôt comme une condition d’efficacité de leurs dispositifs industriels dans la région.
Ils ont utilisé l’adhésion du Royaume-Uni pour réduire la voilure de leurs sites anglais qu’ils considéraient comme peu performants et socialement ingérables en cessant d’en faire des sites exportateurs pour réserver leurs productions au marché britannique et importer au Royaume Uni depuis le continent une part importante des véhicules qu’ils y vendaient (1). Ils ont, lorsque le second choc pétrolier et la chute de Franco ont coïncidé, utilisé l’opportunité de l’ouverture du marché commun à la péninsule ibérique pour y implanter l’assemblage des petits modèles qu’ils ont lancés alors (Fiesta pour Ford, Corsa pour Opel) (2).
 
read more

Les perspectives pour l’automobile dans les PECO et la schizophrénie des analystes

71% du parc polonais a plus de 10 ans

Xavier Champagne rendait compte jeudi d’une étude Coface parue en ce mois de juillet pour dresser un panorama des industries et marchés automobiles des Pays d’Europe Centrale et Orientale (1). Sur un mode un peu curieux, l’auteur semble se féliciter du succès que connaît globalement le "bloc" que constitue désormais dans les statistiques européennes les "EU11" dans lesquels on regroupe les pays qui ont rejoint l’UE après 2004 (2). Plus précisément, la comparaison des niveaux de production de 2008 et de 2014 permet de faire apparaître que trois pays ont, par leur croissance, permis que la production progresse malgré le déclin que l’on notait ailleurs. Ainsi, la République Tchèque, la Slovaquie et la Roumanie voient leurs production de VP et VUL croître sur ces 6 années de 32%, 72% et 60% pour atteindre respectivement 1,25 million, 993 000 et 391 000. A l’inverse, Pologne, Hongrie et Slovénie subissent des baisses de 32 à 40% et ont produit, en 2014, 594 000, 227 000 et 120 000. Sachant que dans la même période la production française passait de 2,6 million à 1,8, celle italienne de 1 million à 700 000, il est effectivement manifeste que la "performance" des PECO qui, à eux 6, ont gagné plus de 300 000 VP et VUL produits est remarquable. read more

Les leçons de 2014 pour le marché européen du VP en 2015

CCFA-juillet-2014.3.jpg

La publication cette semaine des chiffres d’immatriculations de véhicules particuliers 2014 pour la France a donné lieu à des considérations contradictoires : certains se sont félicités de ce qu’elles n’aient pas baissées ; d’autres se sont inquiétés de ce qu’elles restent si basses et ne connaissent pas le dynamisme qui paraît marquer certains autres grands marchés comme le marché anglais ou le marché espagnol. En novembre, le marché européen avait, sur 12 mois, progressé de 5,7%, le marché anglais de 9,4%, l’espagnol de 18,1%, l’italien de 4,3% et l’allemand de 2,6%. La France est donc bien en retrait sur 2014 et rien pour l’instant n’indique que, en matière automobile comme de manière plus générale, la morosité de la demande se démente. De manière plus précise, on constate que la stabilité des immatriculations est obtenue grâce au dynamisme des immatriculations des loueurs courte et longue durée qui ont immatriculé respectivement 7,2% et 18,4% de VP de plus qu’en 2013 alors que les ménages achetaient 2,2% de moins. read more

Les leçons du professeur Moscovici pour l’automobile

Moscovici.

Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, a prononcé jeudi un discours devant les étudiants de l’ESCP. Outre la rassurante impression que l’action gouvernementale n’est pas uniquement faite d’opportunisme politique et de contraintes imposées par l’Allemagne, on y trouve évoquée à plusieurs reprises une question clé pour saisir ce qui s’est passé ces dernières années dans l’automobile aussi bien que pour tenter d’en infléchir l’avenir : celle des prix de l’immobilier.

Nous laissons au lecteur le soin de lire les 18 pages de la leçon du professeur et nous contenterons d’être ici son "chargé de travaux dirigés" sur ce point spécifique. Au début de son discours, Moscovici dit ainsi :
"L’excès d’épargne mondiale a nourri l’inflation du prix des actifs notamment immobilier, tandis que l’intégration commerciale mondiale des émergents contenait l’inflation du prix des biens." read more

Les leçons du professeur Moscovici pour l’automobile

Moscovici.

Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, a prononcé jeudi un discours devant les étudiants de l’ESCP. Outre la rassurante impression que l’action gouvernementale n’est pas uniquement faite d’opportunisme politique et de contraintes imposées par l’Allemagne, on y trouve évoquée à plusieurs reprises une question clé pour saisir ce qui s’est passé ces dernières années dans l’automobile aussi bien que pour tenter d’en infléchir l’avenir : celle des prix de l’immobilier.

Nous laissons au lecteur le soin de lire les 18 pages de la leçon du professeur et nous contenterons d’être ici son "chargé de travaux dirigés" sur ce point spécifique. Au début de son discours, Moscovici dit ainsi :
"L’excès d’épargne mondiale a nourri l’inflation du prix des actifs notamment immobilier, tandis que l’intégration commerciale mondiale des émergents contenait l’inflation du prix des biens." read more

Syndicate content

GIS Gerpisa / gerpisa.org
61 avenue du Président Wilson - 94230 CACHAN
+33(0)1 47 40 59 50

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Powered by Drupal, an open source content management system