marché de l'occasion

Qui est l’automobiliste des Automobiles Clubs ?

  read more

Comme chaque année, nous avons eu droit à la publication des chiffres de l’ACA (Automobile Club Association) censés retracer la manière dont évoluent les coûts de l’automobile pour les ménages. Comme chaque année, l’opération a fonctionné médiatiquement et chacun a repris sans ciller les dits chiffres. La mayonnaise poujadiste dans laquelle le plat principal est présenté laisse l’occasion à quelques uns de laisser la partie la moins digeste au bord de l’assiette mais l’essentiel est préservé : le marronnier reste vert et les très parlants graphiques associés à des modèles type, des kilométrages type et des budgets type sont repris à l’envi par la presse qui a effectivement là un document plus facile à lire et à vendre à sa rédaction qu’une publication de l’INSEE ou – pire – un travail universitaire.
 

La reconquête du VO ancien par les professionnels : un horizon souhaitable et accessible

The market for lemons

La désormais journée annuelle Autoactu/Autovista consacrée au VO a été bien plus qu’un événement mondain où l’on a vu se presser tout ceux qui pèsent sur ce dossier et/ou essaient d’en traquer les évolutions. Elle a mis une nouvelle fois en lumière le fossé qui existe entre l’importance de ce marché et la place qu’y occupent les professionnels et, singulièrement, les réseaux de marques. Elle a surtout permis de voir enfin se dessiner les pratiques innovantes par lesquelles ledit fossé commence à se combler et de saisir combien il est crucial que ce mouvement enfin entamé s’accélère.

Le véhicule d’occasion est une très vieille question dans l’automobile (1). Alfred Sloan, génial inventeur de la General Motors qui priva Ford de sa position dominante aux Etats-Unis dans les années 20 considérait que déléguer sa distribution plutôt que l’assurer elle même se justifiait en partie par le fait que la gestion des reprises était hors du champ de compétences des constructeurs. Dans ses mémoires, il écrivait : "Quand la reprise des VO a commencé à faire partie intégrante de notre paysage dans les années 20, le commerce des automobiles a cessé d’être un acte de vente ordinaire pour devenir affaire de négociation. La tâche consistant à organiser et à superviser les milliers d’opérations complexes rendues nécessaires par ce type de commercialisation des produits aurait été ardue pour le constructeur. La vente sous forme de négociation est un art qui ne s’intègre pas facilement dans le cadre habituel des organisations de type managérial." (2). Il avouait ainsi qu’il s’agissait là d’un élément fondamental du système de distribution et de la capacité d’un constructeur à trouver des débouchés pour ses produits d’une part et qu’il était impossible d’en organiser la gestion sur un mode rationnel et centralisé d’autre part. read more

Faut-il se satisfaire des résultats 2014 du contrôle technique ?

Les sacrés numéros du contrôle technique

Alors que l’UE souhaiterait que les règles du contrôle technique qui prévalent en France évoluent et que soit annualisées les visites périodiques pour le parc ancien, on apprenait en mars que, en 2014 -comme en 2013-, on avait vu baisser la part des véhicules soumis à contre visite. Ainsi, pour les Véhicules Particuliers, ce taux s’est établi en 2014 à 18,43%. Il était de 19,05 % en 2013 et de 20,4 % en 2012. En 2008, il avait atteint son point culminant de la décennie écoulée à 21,9%.

A priori, ces résultats sont remarquables car ils interviennent dans un contexte de vieillissement relativement rapide du parc contrôlé : l’âge moyen de celui-ci était de 10,16 ans en 2005 ; il a été en 2014 de 11,24 ans. Les contrôles portant sur les véhicules de plus de 10 ans ont représenté en 2014 la moitié des contrôles. Ils n’en représentaient que 42,5% en 2004. Tout semble donc aller pour le mieux : les efforts de fiabilité faits depuis des années par les constructeurs profitent à tous et permettent aux ménages de faire tenir leurs parcs plus longtemps sans que se dégradent, au contraire, leurs qualités. read more

Faut-il se satisfaire des résultats 2014 du contrôle technique ?

Alors que l’UE souhaiterait que les règles du contrôle technique qui prévalent en France évoluent et que soit annualisées les visites périodiques pour le parc ancien, on apprenait en mars que, en 2014 -comme en 2013-, on avait vu baisser la part des véhicules soumis à contre visite. Ainsi, pour les Véhicules Particuliers, ce taux s’est établi en 2014 à 18,43%. Il était de 19,05 % en 2013 et de 20,4 % en 2012. En 2008, il avait atteint son point culminant de la décennie écoulée à 21,9%. read more

Et si l’on interdisait aux ménages d’être propriétaires de leurs voitures ?

EPR.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Le Gerpisa recevait vendredi pour ses 189èmes Journées de Travail, deux collègues anglais, Dan Coffey et Carole Thornley, qui exploraient dans un papier présenté l’an dernier à notre Colloque International de Berlin, les chemins qui s’ouvrent lorsque l’on applique à l’automobile les préceptes de la "responsabilité étendue des producteurs" que promeuvent les tenants de ce que l’on appelle "l’économie de la fonctionnalité". Au sujet de cette dernière, N. Buclet écrivait en 2005 : "Le concept qui se cache derrière cette appellation, est celui de vendre des services aux clients plutôt que des biens matériels. Dans cette optique, une entreprise reste propriétaire des biens qu’elle met à disposition de ses clients, tandis que son chiffre d’affaires est lié à l’usage de ces biens par les clients." (*) read more

Syndicate content

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Powered by Drupal, an open source content management system