L’avenir de l’auto se construit dans la crise

Type de publication:

Journal Article

Source:

Sociétal, Volume 70, Fascicule 4ème trimestre, p.39-47 (2010)

Mots-clés:

compétitivité

Résumé:

Dans le paysage automobile mondial qui se redessine, les vainqueurs seront ceux qui mettront au point le véhicule électrique efficace, correspondant aux besoins des nouveaux marchés, c’est-à-dire ceux des pays émergents. 
 
Jaguar, Land Rover, Saab, Volvo et le Coréen Ssang-Yong vendus depuis 2008… à des constructeurs indiens ou chinois pour les quatre plus gros d’entre eux. GM numéro un mondial depuis 80 ans et Chrysler mis en faillite en juin 2009, le premier sauvé grâce à une intervention colossale de l’Etat américain, le second désormais contrôlé par Fiat avec l’argent des mêmes contribuables américains… 
Une crise structurelle de l’industrie, mais aussi une crise d’identité de la voiture. Oui, l’industrie automobile a été particulièrement touchée par la « grande récession » depuis mi-2008. Surcapacités dans les pays développés, conséquences mal digérées de la globalisation, résistance aux changements attendus par les clients, organisations 
trop lourdes et donc ankylosées ?
On lit beaucoup d’explications sur le sujet. Mais une chose est sûre, cette crise se double, pour l’automobile, d’une crise d’identité : la voiture de demain ne sera pas ce qu’elle a été et ceci pour de nombreuses raisons. 
 

 

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"