Renault

Frugalité, flottements et frictions: Pierre Bézier et les origines d’une forme inédite d’automatisme (Renault, 1933-1939)

Date: 
8 Juin 2012 11:0013:00
Lieu: 

CENTRE DES RECHERCHES HISTORIQUES-EHESS, Bâtiment Le France, 190-198 Av. de France, 75013 Paris

Type d'événement: 
Séminaire

Frugalité, flottements et frictions: Pierre Bézier et les origines
d’une forme inédite d’automatisme (Renault, 1933-1939)

Alain P. Michel

Pierre Bézier (1910-1999) est une figure remarquable mais peu connu de l’histoire des techniques automobiles du XXème siècle. Le grand public ne sait pas grand chose de cet ingénieur français qui a pourtant été tour à tour, artisan en France d’une forme originale d’automation (chaînes transfert), promoteur des commandes numériques (robots), puis père, à l’échelle mondiale, de l'informatique industrielle (CFAO). Il est encore aujourd’hui incontournable dans le milieu des informaticiens pour les « courbes et surfaces » auxquelles il a donné son nom et qui ont « redessiné » le monde virtuel. Il est illustre parmi les ingénieurs de l’automobile et des arts mécaniques qui ont créé un prix en son honneur. Il a marqué les cadres et techniciens de Renault qui l’ont connu au cours de sa longue carrière (1933-1975) chez le constructeur automobile. Sa thèse de mathématiques, soutenue au début d’une retraite active, a été un coup de tonnerre dans le milieu des sciences appliquées. C’est un illustre méconnu. Le présent papier souhaite aborder la première étape de la carrière de Pierre Bézier depuis son arrivée chez Renault en mars 1933 jusqu’à son départ pour la guerre en août 1939, période au cours de laquelle le jeune ingénieur met en place des formes originales d’automatismes. Partant de son témoignage, de ses écrits et de ses archives, l’enjeu est de « recontextualiser » son récit dans le cadre de l’histoire plus générale de la machine outil française. D’abord outilleur à l’Atelier d’outillage central (AOC) en période de crise, Bézier apprend à trouver des solutions « économes ». Rejoignant le Bureau d’études d’outillages mécaniques (BEOM), il profite des alternatives ouvertes par le marché de la machine outil. Devenu chef de groupe il s’engage dans un combat pour remplacer les mécanismes d’avance hydraulique à commandes cinématiques par des systèmes électromécaniques à commandes séquentielles. Ce sont ces installations qui sont à l’origine de la tête électromécanique (TEM) équipant les machines transfert de Renault, innovation de rupture qui sera conçue pendant l’Occupation et mise en place dans l’immédiat après guerre. L’exposé analyse les racines d’une activité innovante en replaçant les principales réalisations de ce grand ingénieur dans le contexte international des extraordinaires bouleversements industriels de son époque et, tout particulièrement, dans le domaine de la machine-outil.

Alain P. Michel est maître de conférences de l'Université d'Evry-Val d’Essonne et chercheur au Laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques (LHEST, EA 4525). Chercheur associé au CAK- CRHST (Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques, UMR 8560). Il est à la fois historien des techniques et spécialiste des sources visuelles. En effet, il développe une approche sociale des techniques de la production industrielle au XXe siècle principalement autour du cas de l’industrie automobile : travail à la chaîne, automatisation, conception et fabrication assistées par ordinateur (CFAO), robotique et informatique. En parallèle, il questionne l’apport des sources visuelles (dessins, photographies, films) en histoire du travail et de ses représentations. Il a publié Travail à la chaîne : Renault 1898-1947 (Boulogne-Billancourt, Editions ETAI, 2007) qui reprend une partie de sa thèse d'histoire des techniques de l'EHESS, sous la direction de M. Patrick Fridenson : Les images du travail à la chaîne dans les usines Renault de Boulogne-Billancourt (1917-1939). Une analyse des sources visuelles : cinéma, photographies, plans d'implantation, 2001. Il vient de terminer un programme de recherche autour de reconstitution virtuelle de plusieurs installations du patrimoine industriel (« Usines 3D », ANR Corpus 2007-034), qui utilise les outils informatiques et la technologie des images de synthèse pour modéliser des installations et des bâtiments importants du patrimoine industriel. Une reconstruction virtuelle de lieux de travail, au service de la recherche historique et de la valorisation patrimoniale. Il a publié MICHEL Alain P., Travail à la chaîne : Renault 1898-1947, Boulogne-Billancourt, Editions ETAI, juin 2007, 192 p. 450 documents. ; MICHEL Alain P. (dir.), Renault Cléon, 50 ans de fabrications mécaniques, Boulogne-Billancourt, ETAI, 2008, 192 p.

Presentation/s

Non disponible - Not Available

Soixante ans de Renault en Espagne: une expérience réussie 1952-­2012

Date: 
25 Mai 2012 11:0013:00
Lieu: 

EHESS, Salle 2, Bâtiment Le France, 190-198 Av. de France, 75013 Paris

Type d'événement: 
Séminaire

“Soixante ans de Renault en Espagne: une expérience réussie 1952-­2012” par
Enrique Espinel (Université San Pablo-CEU), Elsie Charron et Sigfrido Ramírez Pérez (GERPISA)

En 2012, Renault commémore ses 60 ans d’implantation industrielle en Espagne. En effet c’est le 31 Décembre 1951 quand s’est constituée la FASA (Fabrications Automobiles Société Anonyme). L’année 1952 fut celle de la préparation effective de ce nouveau projet industriel que fera sortir en 1953 les premières voitures Renault 4CV. Pour cet anniversaire la Société d’Histoire du Groupe Renault a publié fin 2011 un numéro spécial, avec une série de contributions faites par d’anciens responsables de Renault en Espagne. Le GERPISA a proposé à Enrique Espinel, auteur d’un des articles sur les origines de cette implantation industrielle, de présenter sa contribution sur les origines de Renault en Espagne, et qui sera complétée par une présentation sur l’évolution récente de Renault Espagne par Elsie Charron. Cette contribution sera suivie d’une présentation du contenu de la revue et d’une discussion conduite par l’historien Sigfrido Ramírez Pérez. Le but de ce séminaire est de prendre acte des travaux, des sources et des lignes de travail existants et les perspectives nécessaires au développement d’une recherche collective sur l’implantation industrielle de Renault en Espagne tant du point de vue de l’entreprise française, que du point de vue du développement de l’industrie espagnole de l’automobile.

Enrique Espinel Melgar est ingénieur et licencié en droit. Président de la Commission Académique et de Qualité du Conseil Social de l’Université de Valladolid, il est aussi directeur académique du master d’affaires de la Fondation San Pablo-CEU de Castilla y León. Espinel a exercé sa carrière professionnelle à l’intérieur de Renault Espagne en tant que Directeur de communication et a été membre du Comité de Direction Industriel de Renault Espagne jusqu’en 2006. Il a publié « 60 ans après : la présence industrielle réussie de Renault en Espagne », Renault Histoire, Décembre 2011 (29-43). Elsie Charron est chercheuse en sociologie au Centre de Sociologie-Urbaine du CNRS et membre du Comité de Suivi du GERPISA. Elle a écrit,« FASA Renault : Innovation in Productive Flexibility and Job Security » dans Robert Boyer, Elsie Charron, Ulrich Júrgens et Steven Tolliday (Eds.), Between Imitation and Innovation: The Transfer and Hybridisation of Productive Models in the International Automobile Industry, Oxford University Press, Oxford, 1998, pp.254-277. Sigfrido Ramírez Pérez est chercheur ANR Gouvernement Européen des Industries (GEDI) et membre du Comité de Suivi du GERPISA. Il a publié «La politique de la concurrence de la Communauté Economique Européenne et l’industrie européenne : les accords sur la distribution automobile (1972-1985), Histoire, Economie et Société, Mars 2008, pp.63-79.

Presentation/s

Non disponible - Not Available

"La saga Logan" : présentation de l'ouvrage

logan_by_renault.jpg
Type de journée: 
Pro
Journée du Gerpisa n°: 
188
Date: 
1 Avr 2011 14:0017:00
Lieu: 

CCFA
2, rue de Presbourg
75008 Paris

Intervenant/s
Presentation/s

Non disponible - Not Available

Depuis plus d’une année, trois chercheurs français liés au GERPISA, B. Jullien, C. Midler et Y. Lung ont entrepris un important travail sur l’innovation majeure qu’a représenté pour Renault et pour l’industrie l’apparition de la Logan puis d’une « lignée » de produits que Renault appelle sa « Gamme Entry ». En lien avec le responsable de la gamme et ses équipes, ils ont mené avec les actuels responsables de ces programmes et ceux qui en ont eu la charge dans le passé en France, en Roumanie, au Brésil ou en Russie une longue série d’entretiens destinée à restituer les différentes dimensions de cette histoire entre 1998 et aujourd’hui, chez Renault mais aussi chez les équipementiers ou dans les réseaux de distribution.

Ils se sont pour cela répartis le travail en fonction de leurs spécialités respectives et B. Jullien s’est intéressé aux questions marketing et commerciales, C. Midler aux questions de conception et d’ingénierie et Y. Lung aux questions de production et de « sourcing ». Actuellement en phase de rédaction de l’ouvrage qui doit restituer cette recherche, ils se proposent d’en livrer le 1 avril de 14h00 à 17h00 au CCFA les premiers résultats et de proposer à la discussion les principales idées qu’ils s’apprêtent à défendre. lire la suite

Les enjeux théoriques et méthodologiques de la crise - quels sont les niveaux d'analyse pertinents ?

Type de journée: 
Chercheurs
Journée du Gerpisa n°: 
175
Date: 
6 Nov 2009 14:0017:00
Lieu: 

Salle Renaudot
Bâtiment Laplace
ENS Cachan
61 avenue du Président Wilson
Cachan
Tél : 01 47 40 20 00
Plan d'accès

Intervenant/s
Presentation/s

Face à l'étendue et à la profondeur de la crise qui traverse actuellement l'industrie automobile il convient de s'interroger sur la pertinence des outils théoriques et méthodologiques dont nous disposons pour l'étudier, et sur la meilleure façon de les mobiliser. Le réseau Gerpisa a déjà commencé cette reflexion lors du dernier colloque international (17-19, juin 2009). Cette journée s'inscrit donc dans sa continuité en lien avec deux objectifs particuliers :

1) À partir des acquis de l'approche des modèles productifs il s'agira de voir quel place nous allons donner au niveau meso – celui du secteur – et à sa dimension politique qui semble particulièrement prégnante dans cette phase de crise structurelle.

2) Sur la base de l'analyse du cas français, nous essayerons de definir un cachier de charge pour les recherches à venir du réseau sur la crise et ses conséquences (dans la perspective notamment de preparer l'ouvrage collectif sur les constructeurs face à la crise dont la publication est prévue pour le printemps 2011). lire la suite

Syndiquer le contenu

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Stéphane Heim

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"