séconde révolution automobile

2011 : une année à risque pour l’automobile française

2011verte.png

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

L’année 2011 apparaît dans l’automobile comme en politique comme étant un peu en suspens.

Les constructeurs et les importateurs vont devoir jouer "sans filets" sur un marché français qui, en raison des primes à la casse, a anticipé en 2009 et 2010 une partie des achats de renouvellement qui seraient normalement intervenus cette année. Bercy s’inquiète déjà des conséquences qu’un reflux de la production en France aurait pour les équipementiers et sous-traitants. PSA et Renault insistent en mobilisant la comparaison France-Allemagne pour que soient tirées les conséquences des Etats Généraux de l’Industrie et que l’on examine sérieusement l’hypothèse d’un financement d’une part significative des dépenses de santé ou de retraites par la TVA sociale et mettent en balance leurs choix d’implantation des modèles à lancer dans la période à venir. Renault qui a lié son sort et celui de Flins à celui des véhicules tout électrique a entamé un compte à rebours avant le lancement commercial du modèle phare de sa gamme électrique que sera la Zoé, annoncée pour mi-2012. lire la suite

Première et seconde révolution automobile : une comparaison riche d’enseignement

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Le Gerpisa organisait vendredi une rencontre acteurs-chercheurs où était examiné pour une seconde fois le dossier du véhicule électrique. Notre collègue Michel Freyssenet, sociologue et co-fondateur du Gerpisa, présentait dans ce cadre le travail de comparaison qu’il a entrepris entre le première et la seconde révolution automobile : celle qui, il y a un siècle,  a vu son avènement comme industrie et comme produit de masse sous les traits que nous lui connaissons actuellement et celle qui pourrait être en train de prendre corps sous le double signe de la montée en puissance des émergents et des pressions à la réduction des émissions et de la consommation d’énergie fossile. lire la suite

PSA : vices et vertus de la prudence

philippe-varin-peugeot-psa.jpg

La chronique hébdomadaire de Bernard Jullien directeur du Gerpisa.

Pour l’année 2009, durant laquelle Varin aura été aux commandes la moitié du temps, PSA fait bonne figure. Le groupe français a su profiter des primes à la casse françaises et allemandes pour améliorer ses positions. Ses volumes vendus en Europe au dessus de ceux prévus joints à son plan de départ volontaire et à la pression que la crise met sur les salariés et à des lancements plutôt réussis permettent de présenter des résultats plutôt enviables. Dans ce contexte, l’insistance mise dans le plan à trois ans présenté cette semaine sur l’amélioration des taux d’utilisation des capacités et la quête de productivité sont plutôt crédibles même s’ils confortent les syndicats dans leurs craintes de voir fermer des sites et croître l’intensité du travail qu’on demande aux opérateurs de fournir. lire la suite

Syndiquer le contenu

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"